Publié par : Claude Marchis | 13 juin 2010

Apéro géant : une pratique illicite?

Apéro géant : une pratique illicite?

Dans les sociétés, même les plus individualistes, les hommes et les femmes aiment à se retrouver pour partager un petit moment de complicité, de connaissances, de bonheur sans pour autant qu’ils aient un motif ou une idéologie communs. C’est l’instant traditionnel de « l’apéro » qui fait qu’on va échanger avec l’autre quelques instants, sans souvent savoir qui il est. C’est ainsi que « l’apéro géant » est devenu une pratique sociale des jeunes, plus un phénomène de mode qu’un rite de jeunesse ancré définitivement dans leurs comportements, elle ne saurait durer longtemps. Mais quoiqu’il advienne, ces regroupements en place publique des grandes villes, annoncés par les réseaux sociaux de l’internet sont pour l’instant plutôt une expression de solidarité plutôt qu’une incitation à sombrer dans l’alcool.

Certes, comme dans tout regroupement humain, des risques de débordement existent surtout quand l’alcool est là, d’où des contrôles sont nécessaires, ou de mettre en place ce qui fonctionnerait de loin le mieux, une auto-régulation du groupe. Malheureusemnt l’étincelle a jailli : l’accident de Nantes a immédiatement déclenché des réactions de peur et le recours à une régulation stricte pour ne pas dire une répression, mot devenu trop habituel dans notre législation velléitaire.

Les responsables territoriaux, maires, conseillers généraux, aussitôt affolés et terrorisés devant leurs responsabiltés devenues trop lourdes, font appel à la police, appellent le parlement qui devra à nouveau règlementer, obstinés à rendre les lieux plublic plus aseptisés de toute déviation hypothétique. Ces élus, eunuques de la réprésentation de l’opinion publique, ont oublié que la démocratie doit, dans ses objectifs prioritaires laisser des espaces de liberté et d’expression pas forcément conformes aux valeurs de notre république. La démocratie exige la responsabilisation des personnes et non pas seulement de ses dirigeants, principe obligatoire pour l’expression de la liberté.

Certes, les règles sont nécessaires, la démocratie n’est pas l’anarchie, mais elles doivent être pensées dignement et suscitées par le peuple. Un carcan de lois devient vite inefficace. Enfin, dans cette histoire d’apéro, laissons les jeunes s’amuser, ils sauront vite écarter de leur camp ceux qui sont exempt de toute dignité.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :