Publié par : Claude Marchis | 30 juillet 2010

Manibal, le maçon

Montfranc

Alain Manibal, artisan

Publié dans le Tarn Libre du 9 juillet 2010

Les habitants de Montfranc et de Masnau-Massuguiès le connaissent bien car il n’est pas rare de le rencontrer, sillonnant les routes communales. « C’est Manibal, le maçon », dit-on, qui revient de réparer une toiture, ou se rendant vers un de ses chantiers en cours. Quarante -sept ans, allure dynamique, infatigable, cela fait près de trois décennies qu’il consacre sa vie professionnelle au bâtiment. Après avoir été l ’employé de M. Calvet à Roquecave, le service militaire effectué, il créa en 1984 sa propre entreprise avec un savoir déjà bien acquis mais aussi avec une détermination nécessaire pour ce genre d’aventure.

Alain Manibel travaille seul. C’est une stratégie choisie. Seul, mais avec un matériel et des outillages adéquats , innovants, et de grande efficacité. Il n’hésite pas à utiliser des procédés nouveaux, c’est ainsi qu’il a déjà monté des bloc de parpaing par collage au lieu du traditionnel sable-ciment. De plus, ses clients mettent souvent les mains à la pâte, prompts à le servir dans son labeur, ce qui leur donne parfois une impression compréhensible et avouable d’avoir participé à la restauration ou la construction de leurs maisons.

Ce bâtisseur, qui en plus de son travail est conseilleur municipal de la commune de Montfranc depuis une dizaine d’années, ne connait pas de chute de productivité. Son carnet de commandes est bien rempli, à tel point qu’il oublie certaines demandes de ses clients. Mais, il saura toujours réserver bon accueil et écoute à ceux qui viennent le relancer. On ne compte plus les maisons qu’il a construites dans la région, mais ce qu’il préfère et de loin, c’est la restauration. Est-ce le goût de l’ancien, le désir de réhabilitation du patrimoine, ou l’inclinaison à la réflexion continuelle que procure la rénovation, en tous cas, il faut le voir, la hache à la main, sur un toit, démonter, remonter, adapter, souder, réparer. C’est très impressionnant, voire quelquefois inquiétant, mais on est vite rassuré par sa maîtrise et son expérience.

Alain travaille seul, mais pas pour longtemps car Nicolas Manibal va le rejoindre. Comme stagiaire, pour le moment, car ce dernier suit une formation à la chambre des métiers, mais souhaitons qu’on pourra encore dans quelques décennies, appeler « Manibal » pour remettre une tuile que le vent d’Autan aura déplacé.

Claude Marchis

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :