Publié par : Claude Marchis | 22 août 2010

L’auréole du football


Le football n’est pas un sport comme les autres. Non pas seulement parce qu’il suscite une fièvre permanente des média, mais plus par son pouvoir de représentation des populations. Tout le monde a tapé dans un ballon, pas le moindre village ne possède un terrain ou un stade où des équipes de tous niveaux s’affronte le dimanche. De plus, jouer au ballon est accessible à tous, à contrario d’autres activités sportives qui nécessite à la base, force, habileté ou courage. C’est aussi un jeu, où « bons et « pas bons » vont s’opposer amicalement avant de se réunir autour d’une table pour fêter un événement quelconque. C’est un fait, le football s’est imprégné dans les consciences des Hommes, a structuré nos vies modernes, et a mérité ainsi l’appellation de sport démocratique. A tel point, que les supporters d’un club local sont à l’image de la gent locale, qu’un club d’une grande ville est l’essence même de la population de cette ville, et l’intégration s’étend à la nation toute entière. Les valeurs et les comportements des sociétés sont, à tous les niveaux, transférées dans les équipes de football.

Tout cela serait un constat d’un concept plutôt sympathique d’un grand sport, si son intériorisation à outrance dans nos sociétés fît qu’il devienne l’emprise de la populace et cède à sa souveraineté. Ce que l’on n’observe pas dans les autres disciplines sportives qui ont su se tenir à distance des média et préservé ainsi une indépendance par rapport à l’opinion. Les tâches des entraîneurs et cadres du football deviennent excessivement compliquées, amenés à naviguer entre leurs propres choix et les contraintes qu’imposent l’opinion publique.

C’est ainsi qu’au niveau le plus haut , louanges ou condamnations, planent sur les joueurs selon qu’ils ont gagné ou perdu. Le football devient un espèce de kitsch national et perdre rime alors avec traîtrise. A cela, dans notre équipe de France, s’ajoutent en filigrane des résurgences racistes, étouffées tant bien que mal, mais rampantes dans les consciences. Dans ces extraordinaires enjeux que sont les compétitions internationales, les entraîneurs ont mis en place un système de sélection efficace et il s’avère que nombre de joueurs d’origine africaine sont les meilleurs. Tout avait été préparé pour la victoire, or la loi du sport s’est imposée, il n’y aura qu’un seul gagnant et nous avons perdu. Affront suprême et impensable.

Faisons l’effort de comprendre l’attitude des joueurs. Loin d’être naïfs, ils savent que la gloire est éphémère et que leur défaite, à force de spéculations médiatiques sur leurs comportements, peut aboutir pour certains à la descente au enfers, ce qui fût le cas en Juillet dernier. Certes, ils perçoivent beaucoup d’argent mais qui ne saurait profiter de cette manne de cet extraordinaire marché de transactions financières qui profite aussi à ceux qui les entourent. Ils étaient les acteurs au premier rang, ils ont échoué sans gloire. Dans toute entreprise, quand les objectifs n’ont pas été atteints, les faiblesses humaines se révèlent et des conflits souvent sans importance et passagers naissent. Aussi, la traque du scandale par les média et la condamnation du public ont paru plus qu’excessives.

Qu’à cela ne tienne, l’engouement extraordinaire pour le football perdurera et son impact sociologique ne faiblira pas. Un moindre chauvinisme, un moindre idéalisme rendrait au football toute sa valeur sportive. Pour ceux qui en douteraient, je les invite à assister à des compétitions de voile, de golf, de lancer du marteau et tant d’autres disciplines. On y voit des gens passionnés et déterminés et un public qui applaudit ces athlètes en qui ils reconnaissent les vraies valeurs sportives de respect, d’humilité et d’appétence pour l’effort.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :