Publié par : Claude Marchis | 12 février 2011

Kepler, chercheur de planètes

Publié dans le Tarn Libre du 25 février 2011

Les récentes découvertes de planètes extra-solaires par des chercheurs de la NASA, ont marqué un pas décisif dans la connaissance de l’univers. Au début de l’année 2011, 519 planètes avaient déjà été repérées dont plusieurs présentaient des caractéristiques analogues à notre bonne vieille terre. Mais la masse des connaissances s’est encore élargie grâce au vaisseau spatial « Kepler » lancé par la navette Discovery en mars 2009 dont la mission est de scruter un coin du ciel grand comme un timbre poste sur un écran de cinéma dans la constellation du cygne, pour y observer 156453 étoiles. Quatre mois d’observations ont déjà déclenché un véritable raz de marée de découvertes de 1202 autres planètes qui devront cependant êtres confirmées par d’autres procédés technico-scientifiques. Il n’est pas possible d’avoir des images de ces astres trop lointains. Ils furent détectés par un procédé d’analyse des variations lumineuses des étoiles au passage des planètes. Du fait de l’éloignement des objets célestes à observer, les détections furent effectuées par un télescope photométrique extrêmement sensible embarqué à bord de Kepler. Les données enregistrées étaient ensuite envoyées sur terre afin que les astrophysiciens, véritables chasseurs de planètes, puissent les analyser. Des statistiques permettent d’affirmer que 80 à 90% de ces découvertes pourraient être confirmées dans les semaines à venir ce qui hausserait le nombre de planètes à environ 1500. L’exploitation des données a permis d’apporter d’autres informations sur leurs tailles. Environ le quart de ces nouveaux objets célestes aurait une à deux fois la taille de la terre. On connait aussi leurs températures dont certaines laissent présager la présence d’eau, élément incontournable d’une possibilité de vie. En extrapolant, on induit que 6% des 200 milliards d’étoiles de notre galaxie « la Voie Lactée », pourraient avoir des planètes. Inutile de faire le calcul, la probabilité de présence de « terres » à quelques centaines d’années-lumières devient évidente. Forts de ces réussites spectaculaires, les recherches continueront avec des moyens plus importants, avec des durées d’observations plus longues ou avec des précisions telles que l’on pourra détecter des « lunes » autour d ‘elles. La finalité de ces conquêtes se situe au-delà de l’approfondissement de nos connaissances de l’espace interstellaire. L’enjeu majeur est de repérer des systèmes planétaires similaires au notre avec une possibilité de vie. On devra alors les explorer, leur envoyer des signaux. L’évènement sensationnel prochain ne serait-il pas de recevoir une réponse de l’au delà, ou plus précisément , et on peut le dire maintenant, venant d’une de ces 2500 étoiles que l’on contemple les nuits d’été à l’œil nu tout simplement.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :